< BACK

BIOGRAPHIE

Après une maîtrise de Physiques fondamentales, Thierry Payet, artiste plasticien, s’intéresse aux situations de conflits.
Il étudie la géographie de l’Asie du Sud Est à Londres avec l’intuition « d’aller à la rencontre d’habitants
ordinaires dans des situations extraordinaires ». Ce qu’il fait ensuite pendant plusieurs années au Cambodge,
au Zaïre, au Rwanda, et au Guatémala. Il se rend compte alors qu’en temps de paix certains habitants « révèlent
des histoires et des rapports extraordinaires au territoire qui les entoure ». De ses expériences, il élabore une
approche plastique des situations fondée sur les rencontres individuelles: les cartographies narratives.
Il la développe d’abord en tant que commissaire scientifique d’une exposition d’urbanisme sur la Métropole
parisienne au Pavillon de l’Arsenal (2010), puis dans des projets artistiques se greffant sur des enjeux de territoire :
la ruralité dans des résidences en Bourgogne au centre d’art de l’Yonne (2013-2014) et en Poitou Charente à
Rurart (2012-2013), la transformation des grands ensembles avec Synesthésie au Franc-Moisin (2011-2013),
l’extension d’une Métropole turque avec le réseau TRAM et la galerie m1886 d’Ankara (2012-2013).
L’approche plastique l’amène également à imaginer des dispositifs qui ré-activent les usages des lieux :
il construit une structure laissée vide, prête à être investie, dans la réhabilitation architecturale de l’école des
Arts & Métiers à Paris, une cabane d’usage pour la Maison des Arts de Malakoff, ou une installation qui modifie
l’interdiction de vente à l’étalage dans l’espace public lors d’une Biennale de mobilier urbain à La Défense.
Réalisés à partir des systèmes d’entretien et des ressources locales, les dispositifs artistiques rayonnent à
l’échelle de territoires : « ce ne sont pas des objets figés, ils interagissent avec les histoires et les usages locaux ».
Cette année, de retour de la biennale de Mardin dans le Kurdistan turc, le plasticien engage une recherche
sur le territoire autour de son atelier. Être quelque part commence par des études cartographiques et construites
basées sur la proximité et le voisinage. L’atelier est le lieu des rencontres, une cuisine est installée. Le
travail y est montré lors de journées portes ouvertes
.





L'équipe

L'équipe se compose sur mesure en fonction du degrés de complexité et / ou de l'échelle urbaine :
> Elle peut être réduite au minimum : un plasticien sur un territoire.
> Elle s'élabore pour inclure des Bureaux d'Études Techniques partenaires : voirie et réseaux, paysage,
structure, producteur culturel et urbain, ingénierie environnementale (étude des ambiances urbaines
et du métabolisme urbain).


© Thierry Payet